L'expérience Léo Scheer

Ne soyez pas timides ! Tout ce que vous aimeriez discuter...

Messagepar Christian Domec » Jeu Mai 15, 2008 8:42 am

becdanlo a écrit:
Sinon, on devrait pouvoir suivre le travail éditorial sur son manuscrit... où en est-on ?

Suite à ce que j'ai pu lire sur le blog, l'idée et sa concrétisation sont toujours retenues : sa réalisation doit prendre du temps, donc il n'est pas étonnant que cela ne paraisse pas déjà.

Je suppose que pour Rater mieux, un manuscrit avec la trace visible des corrections sera en ligne. Mais je n'en sais rien. Toutefois, cette comparaison pourra se faire entre le manuscrit en ligne et l'ouvrage papier.

Christian.

PS : j'ai classé les manuscrits déjà en ligne ici -> http://domec.net/miro.html
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar becdanlo » Jeu Mai 15, 2008 9:13 am

Citation:
Je suppose que pour Rater mieux, un manuscrit avec la trace visible des corrections sera en ligne. Mais je n'en sais rien. Toutefois, cette comparaison pourra se faire entre le manuscrit en ligne et l'ouvrage papier.


Oui, ça c'est encore possible !
Chose qui n'est plus possible avec Manipulé (prix bogauteurs... pardon d'y revenir) car son manuscrit n'est plus disponible et de toutes façons nous n'avions droit qu'à un extrait (50 premières pages)

Ton classement des manuscrits est magnifique :lol:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Christian Domec » Jeu Mai 15, 2008 1:09 pm

Une barberine a sa définintion.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Ven Mai 16, 2008 2:35 pm

Christian Domec a écrit:
Une barberine a sa définintion.


Une question qui toutefois me taraude : "barberine" serait-ce le terme approprié pour décrire la démarche d'un auteur vis-à-vis des éditions Brumerge ?

Il me semble que le verbe barberiner dérivé du nom commun barberine est à éviter. Mais je ne saurais dire pourquoi si ce n'est qu'il fait double emploi avec la locution verbale "rater mieux" ; exemple : "j'ai tenu toute une nuit une barberine dans mes bras ; mon rêve était de la rater mieux" sonne mieux que "j'ai tenu toute une nuit une barberine dans mes bras ; mon rêve était de la barberiner". Toutefois, un auteur célèbre s'est écrié : "Quel auteur quitterait la maison-mère qui le barberine ainsi tendrement, entre ses bras ?", traduit en français correct cela donnerait : "Quel auteur quitterait la maison-mère qui le rate mieux ainsi tendrement, entre ses bras ?". La correction n'empêche pas la lourdeur.

Oui, je m'aperçois que je ferais un mauvais grammairien ; ce qui ne vous empêche pas de répondre à ma première question ;-)

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Ven Mai 16, 2008 3:48 pm

Bon, je remets ma casquette de petit télégraphiste, tout en restant dans le sujet :

Voici le programme de la rentrée littéraire E.L.S. 2008 (fichier PDF) ; on peut y retrouver l'annonce de la sortie de Rater mieux de Barberine (Géraldine Barbe). J'en recopie cette partie :

---------------------------------------------------------

RATER MIEUX

Géraldine Barbe / Barberine

Nouvelle collection : M@nuscrcits

environ 100 pages

prix provisoire : 10 euros

En librairie le 15 octobre 2008

Une jeune femme de la génération web se raconte,
entre peur de rater sa vie et espoir de rater mieux encore son livre.
Premier volume de la collection M@nuscrits, qui regroupera des textes
issus d’internet et repérés par les bloggeurs sur le site leoscheer.com
« Sur internet je cherche de mes nouvelles, mon programme pour demain et si quelqu’un pense encore à moi. Je tape mon nom sur Google, je veux voir si je suis traumatisée, si quelqu’un me cherche, si j’ai une actualité frémissante ou si je rate un peu ma vie.
Je sais que je ne suis pas la seule. Nous sommes plusieurs derrière nos ordinateurs avec nos petites lunettes à vérifier qui fait quoi de sa vie, qui se plante, qui passe à l’as, qui a réussi.
Quelques-uns font des jeux ou classent leurs photos, la plupart vérifient qu’ils ne sont pas les seuls à perdre leur temps dans un bureau pourri, dans une vie sans kakatoès. »

Un incendie ayant détruit tous ses manuscrits, Géraldine, jeune comédienne qui se rêve écrivain, ne se décourage pas, et recommence, raconte son quotidien, fait d’attente, d’angoisse de rater sa vie et d’espoir qu’en ratant mieux encore son livre, l’ art l’arrache à la banalité des jours.

Rater mieux impose avec humour et tendresse la voix singulière d’une génération née parmi les écrans et que la littérature continue de fasciner.
GÉRALDINE BARBE est comédienne. Elle intervient sur internet sous le nom de BARBERINE.

----------------------------

C.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Ven Mai 16, 2008 4:26 pm

Là j'ai mis la casquette du petit observateur illustré :

Nota : Barberine a choisi le titre Rater mieux à partir d'un passage de Beckett : « Essayer encore. Rater encore. Rater mieux encore. Ou mieux plus mal. Rater plus mal encore. Encore plus mal encore. Jusqu'à être dégoûté pour de bon. Vomir pour de bon. Partir pour de bon. Là où ni l'un ni l'autre pour de bon. Une bonne fois pour toutes pour de bon. » Samuel Beckett, Cap au pire, éditions de Minuit, 1991.

Remarquez l'absence de virgules mais des phrases très courtes sans verbe ou verbe à l'infinitif.

Manuscrit de Barberine :

« Sur internet je cherche de mes nouvelles mon programme pour demain et si quelqu’un pense encore à moi. Je tape mon nom sur google je veux voir si je suis traumatisée si quelqu’un me cherche si j’ai une actualité frémissante ou si je rate un peu ma vie.
Je sais que je ne suis pas la seule comme ça. Nous sommes nombreux derrière nos ordinateurs avec nos petites lunettes à vérifier qui fait quoi
de sa vie qui se plante qui passe à l’as qui a réussi. Nous sommes plusieurs à faire ça. Quelques uns font des jeux ou classent leurs photos mais la plupart des gens vérifient qu’ils ne sont pas les seuls à perdre leur temps dans un bureau pourri dans une vie sans kakatoes. »

Oeuvre à publier :

« Sur internet je cherche de mes nouvelles, mon programme pour demain et si quelqu’un pense encore à moi. Je tape mon nom sur Google, je veux voir si je suis traumatisée, si quelqu’un me cherche, si j’ai une actualité frémissante ou si je rate un peu ma vie.
Je sais que je ne suis pas la seule. Nous sommes plusieurs derrière nos ordinateurs avec nos petites lunettes à vérifier qui fait quoi de sa vie, qui se plante, qui passe à l’as, qui a réussi.
Quelques-uns font des jeux ou classent leurs photos, la plupart vérifient qu’ils ne sont pas les seuls à perdre leur temps dans un bureau pourri, dans une vie sans kakatoès. »

Manuscrit corrigé (rouge ajout, jaune retrait) :

« Sur internet je cherche de mes nouvelles, mon programme pour demain et si quelqu’un pense encore à moi. Je tape mon nom sur Google je veux voir si je suis traumatisée, si quelqu’un me cherche, si j’ai une actualité frémissante ou si je rate un peu ma vie.
Je sais que je ne suis pas la seule comme ça. Nous sommes plusieurs nombreux derrière nos ordinateurs avec nos petites lunettes à vérifier qui fait quoi de sa vie, qui se plante, qui passe à l’as, qui a réussi. Nous sommes plusieurs à faire ça.
Quelques uns font des jeux ou classent leurs photos, mais la plupart des gens vérifient qu’ils ne sont pas les seuls à perdre leur temps dans un bureau pourri, dans une vie sans kakatoès. »

Christian, le petit correcteur...
Dernière édition par Christian Domec le Sam Mai 17, 2008 8:56 am, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Marco » Sam Mai 17, 2008 1:13 am

Bravo une fois de plus, Christian!
Comparaison très intéressante! Les corrections vont clairement dans le sens de la limpidité, en rejetant tout surlignage ("mais" supprimé, la redite supprimée, "plusieurs" au lieu de "beaucoup"...) pour mieux mettre en valeur le corps du texte, sans habillage trop visible. C'est classe.
Sur l'apparition des virgules, je suis moins enthousiaste; certes la lisibilité y gagne, et puis ça ajoute une sorte de mélancolie qui restait implicite dans le manuscrit; mais on perd dans le rythme le côté urgent, galopant du texte que j'aimais bien. Cela dit, je ne suis pas éditeur (ni écrivain, d'ailleurs :)
Marco
 
Messages: 35
Inscription: Mar Déc 04, 2007 5:23 pm

Messagepar Marco » Sam Mai 17, 2008 1:17 am

(juste une remarque: il me semble que c'est "plusieurs" qui remplace "nombreux", en ajoutant une belle dose d'incertitude dans le discours, et tu as échangé les couleurs rouge/jaune)
(et moi j'avais cru lire un "beaucoup" qui n'y est pas)
Bon, dodo, à bientôt.
Marco
 
Messages: 35
Inscription: Mar Déc 04, 2007 5:23 pm

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 9:09 am

Marco a écrit:
(juste une remarque: il me semble que c'est "plusieurs" qui remplace "nombreux", en ajoutant une belle dose d'incertitude dans le discours, et tu as échangé les couleurs rouge/jaune)
(et moi j'avais cru lire un "beaucoup" qui n'y est pas)
Bon, dodo, à bientôt.


Bien vu, j'ai corrigé (j'avais un peu fait ça à "l'arrache" comme on dit, après avoir cherché une balise pour barrer le texte supprimé).

Sur la question des virgules absentes, je suis d'accord avec toi, sauf que le texte de Barberine ne me semblait pas assez haché - comme l'est par exemple celui de Beckett. Le débat, à ce sujet, a dû être intéressant (ou n'a pas du tout eu lieu : l'autorité de l'éditeur ;-)). Nul doute que pour un lecteur "moyen" - ce qui ne veut pas dire grand chose - la présence des virgules permet de mieux respirer.

"Plusieurs", ici, est bien plus parlant que "nombreux" ou "beaucoup" : il fait moins masse mais plus diversité sans en amoindrir le sens : en le précisant en quelque sorte.

Je remarque donc, mais cela ne m'étonne pas, que le travail de l'éditeur dans la mise au point d'un texte (ici je crois que c'est F. G.) est sacrément important. Comme je disais ailleurs hier : "des évidences invisibles" ou "discrètes";

Christian.

PS : dans le livre de Saphia Azzedinne j'avais remarqué un incongru "valeur ajoutée" (qui dans la bouche de Saphia doit être habituel mais qui est presque obscène dans la bouche de son personnage : une jeune bergère) qui semble avoir échappé à la tierce personne (l'éditeur).
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Christian Domec » Sam Mai 17, 2008 1:44 pm

Sur M@nuscrits, il y a aussi le roman de Jean-Clet Martin : La Chambre,
un court billet et un jeu de questions/réponses/débat est mis en place.

Je viens de lire le dernier commentaire de JC Martin à propos d'une question concernant la distinction entre roman et romanesque. Le récit et les personnages y sont abordés : c'est vraiment passionnant.

Je mets le lien direct, mais c'est le commentaire 63 : http://www.leoscheer.com/blog/2008/04/2 ... tin#c14217

Je suis assez admiratif du soin que JC Martin donne à ses réponses (y compris lorsqu'il est houspillé).

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Florent G. » Dim Mai 18, 2008 10:31 am

Je me permets d'intervenir sur votre forum, d'abord pour vous remercier de votre intérêt, et vous redire, cher Christian (cf. le blog ELS) que votre rapidité et votre précision m'épatent. Je voulais d'autre part vous répondre sur quelques points.

Marco a écrit:
Sur l'apparition des virgules, je suis moins enthousiaste; certes la lisibilité y gagne, et puis ça ajoute une sorte de mélancolie qui restait implicite dans le manuscrit; mais on perd dans le rythme le côté urgent, galopant du texte que j'aimais bien.


Je n'ai pas inclus dans la citation les compliments qui la précèdent : ce serait gênant ; mais ils m'ont fait plaisir, cher Marco, croyez-le bien. Sur les virgules, question en effet essentielle dans la correction de ce livre, j'ai déjà dit un mot sur notre blog, mais d'un autre point de vue. Je ne crois pas que l'urgence, le galop qui vous paraissent manquer dans la version virgule étaient réellement présents dans le premier état, mais que c'est vous, en lisant, qui les y mettiez. La ponctuation est un des moyens que se donne l'écrivain d'imposer son rythme au lecteur, de le mener où il veut, un instrument de sa souveraineté. S'en priver, c'est s'abandonner au hasard de l'humeur, des attentes, des préjugés du lecteur, sauf à retrouver la même souveraineté par d'autres voies (la cadence en quelque sorte interne de Paradis ou d'Éden, Éden, Éden), ce que ne fait pas Barberine.

Christian a écrit:
Le débat, à ce sujet, a dû être intéressant (ou n'a pas du tout eu lieu : l'autorité de l'éditeur)


À vrai dire, il n'a pas encore eu lieu. Je vois Barberine à la fin de la semaine pour commencer le travail avec elle. En tout cas, l'autorité de l'éditeur ne peut pas, dans mon esprit, s'imposer de la manière que vous laissez entendre. Elle n'a d'autre source que sa capacité à améliorer réellement le texte, et d'autre moyen de s'exercer que sa capacité à convaincre l'auteur. Tout doit être, ou pouvoir être, discuté.

Christian a écrit:
dans le livre de Saphia Azzedinne j'avais remarqué un incongru "valeur ajoutée" (qui dans la bouche de Saphia doit être habituel mais qui est presque obscène dans la bouche de son personnage : une jeune bergère) qui semble avoir échappé à la tierce personne (l'éditeur).


(correction : AzzeDdine)
Ce valeur ajouté dans Confidences à Allah ne m'avait pas échappé, et je m'étais posé la question de sa justesse. À tort ou à raison, j'ai cru devoir le maintenir. Bien sûr qu'il est obscène, mais l'histoire de Jbara est-elle autre chose que l'histoire obscène d'une jeune fille découvrant son prix ? Elle n'est une jeune bergère qu'au début du livre ; c'est celle qu'elle devient ensuite qui raconte sa vie : celle qui, entre autres, comme prostituée, aura pu apprendre cette expression de la bouche des Français en goguette avec qui elle couche, ou de ses copines de bordel et de prison, celle qui, surtout, découvrant sa valeur marchande, saura y déceler la force paradoxale qu'elle lui donne, et se libérer, par ce moyen même, de l'emprise qu'elle signifie.

Florent Georgesco
Florent G.
 
Messages: 3
Inscription: Sam Mai 17, 2008 9:45 am
Localisation: Paris

Messagepar Christian Domec » Dim Mai 18, 2008 11:49 am

Cher Florent,

Cela me fait vraiment plaisir que vous veniez de ce côté-ci et donniez votre éclairage. Décidément du côté des Editions Scheer il y a des particularités qui gagneraient à être cultivées en d'autres jardins ou du moins des singularités remarquables.

Concernant Saphia, je m'en veux beaucoup d'avoir écorché son nom (du coup, je la prénomme !) ; d'autant qu'il me prit de reprendre "vertement" quelqu'un à ce sujet, cette négligence participant à une critique peu fondée de ses écrits (non lus, c'était visible). Pour tenter de réparer ici, je mets un lien vers les Confidences à Allah.
Ce livre est d'une force extraordinaire ; j'ai, comme vous le suggérez, imaginé que Jbara avait puisé cette formule dans ses rencontres vénales de passage. Mais il ne passait pas - c'est à vrai dire le seul passage qui m'a pris à rebrousse poil. Le lecteur est parfois exigeant !

Pour le manuscrit de Barberine, je me suis peut-être un peu précipité - mais vous savez, le web favorise cette impatience. Il est vrai que cette expérience M@nuscrits m'intéresse vraiment : c'est pourquoi je la suis de très près, bien qu'éloigné.

Christian.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Marco » Dim Mai 18, 2008 6:34 pm

Merci pour ces précisions, Florent. Je reconnais que mon histoire d'urgence et de galopade est bien subjective, cela correspond juste à mes habitudes de lecteur bête et discipliné: je lis tout d'une traite, sans respirer, jusqu'à ce que je tombe sur un signe de ponctuation :oops:
Marco
 
Messages: 35
Inscription: Mar Déc 04, 2007 5:23 pm

Messagepar becdanlo » Dim Mai 18, 2008 10:12 pm

Bienvenu sur l'Huître, Florent G. et merci de ce suplément d'infos sur l'activité des éditions Léo Scheer et notamment de M@nuscrit avec le texte de Barberine.

Nous avons tous hâte de pouvoir suivre le travail éditorial sur son texte.

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Florent G. » Lun Mai 19, 2008 10:09 am

Merci de vos messages de bienvenue. L'exposition, sur notre site, du travail éditorial ne devrait plus tarder. Je vous tiens au courant.
Florent G.
 
Messages: 3
Inscription: Sam Mai 17, 2008 9:45 am
Localisation: Paris

PrécédenteSuivante

Retourner vers Forum ouvert

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron