Camille - Bernard Fauren

Messagepar becdanlo » Dim Mai 18, 2008 9:53 pm

Merci Sind pour ta lecture et tes commentaires.

Comme tu dis, mon amour immodéré pour les sensations et autres sentiments... est partout :lol:

Ok, pour reprendre ça... j'attends tes annotations.

bises Sind

bec'

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Christian Domec » Lun Mai 19, 2008 8:51 am

becdanlo a écrit:
Ok, pour reprendre ça... j'attends tes annotations.


Ah ! Si tu as le courage* de reprendre ça, ce serait bien (il y a effectivement des petites choses à peaufiner) : tu rateras mieux ta barberine ;-)

Christian.

* je pense qu'il en faut : parce que considérer que le bout ne l'est plus remue quelque peu.
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Romane » Jeu Aoû 14, 2008 4:09 am

Allez, c'est parti. Le PDF est téléchargé. Je voudrais achever la lecture que j'ai en cours (QI de Temps de René Chartré), puis me plonger dans Camille.

Et ne pas lâcher le manuscrit que je corrige, en parallèle.

tss j'y arriverai. J'y arriverai. :lol:
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar Romane » Dim Aoû 17, 2008 4:00 am

J'ai bien commencé la lecture, j'en suis à peu près à la moitié.

Comme ça, à chaud :

Ce qui m'a poussée à lire ce livre plutôt qu'un autre est l'originalité du sujet, ou plutôt les conditions particulières d'une rencontre de deux personnages. Par deux fois je me suis rendue dans deux établissements pas comme les autres, l'une pour rendre visite à une voisine en pleine dépression, l'autre plus familièrement pour y accompagner l'un de mes amis dans un piteux état et venir le voir régulièrement durant plusieurs mois, lui apporter du linge, son courrier, lui donner des nouvelles de l'extérieur. J'ai donc été prise de plein fouet par l'atmosphère qui se dégage de ce type d'établissement, c'est vraiment un monde à part, tout y est fragilité et violence à la fois, comme des mondes d'avant qui s'écroulent avant la naissance de mondes d'après... quand c'est encore possible.

J'ai commencé donc une lecture attentive, attentive surtout à l'atmosphère, cette chose impalpable qu'il faut parvenir à décrire et ce n'est pas simple lorsqu'on n'y est pas confronté soi-même. Ici, je trouve des passages fort bien amenés, d'autres trop survolés, ou plus exactement le manque de détails ici, contre une foison de détails là, dans une sorte d'inégalité qui me dérange un peu pour l'instant. Sans doute parce que les visites dont je parle plus haut m'ont beaucoup marquée en raison de la particularité des lieux.

J'accroche moins à l'histoire antérieure de Camille, peut-être parce que je l'aurais vue racontée autrement, dans l'opportunité des rencontres, ou par flashes, quelque chose comme ça. Par contre, j'aime beaucoup le mode de pensée de Pierrot, cette alternance entre la pensée et la réalité, ses rêves.

Il me semble impossible qu'on puisse monter sur les toits, j'y vois là une invraisemblance, comme une liberté de l'imaginaire pour servir le roman. Mais dans la réalité, quand on voit les précautions prises pour sauvegarder les vies des personnes internées et l'aménagement des locaux, cela ne me semble donc pas possible. Ils prévoient même des sortes de grilles pour éviter qu'ils ne se jettent par dessus la balustrade des escaliers, alors j'imagine assez mal qu'ils puissent avoir accès aux toits.

Je trouve une écriture qui se lâche, et qui sans doute pourrait encore se déployer, j'en suis certaine, pour parvenir à fondre dans les descriptions, l'impalpable, l'indicible, "ce qui nous dépasse". Je ne sais pas si je suis claire, j'écris tout cela à chaud, comme ça me vient et sans construire mon propos.

En tout cas, je vois là une performance ; celle d'avoir réussi à boucler un roman fait d'une histoire qui se passe dans un lieu pas comme les autres. Il fallait l'oser.

Je continue ma lecture.
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar becdanlo » Dim Aoû 17, 2008 9:54 am

Merci de ta lecture Romane.

Comme je le dis souvent... ce roman s'est maintenant détaché de moi... je ne le vois plus que globalement.
Si tu n'en es qu'à la moitié, l'univers et l'ambiance risque encore de changer (sourire).
En ce qui concerne les invraisemblances (monter sur le toit du pavillon) cette histoire en est pleine, c'est sûr, même concernant la vie à l'intérieur du service qui frise parfois "Vol au dessus d'un nid de coucou" avec Jack Nicholson (rire)

Bonne fin de lecture

ps: le pdf est en cours de révision, il se peut qu'il reste des coquilles et qu'il manque encore des traits de dialogue
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Ishtar » Dim Aoû 17, 2008 10:24 am

becdanlo a écrit:
En ce qui concerne les invraisemblances (monter sur le toit du pavillon) cette histoire en est pleine, c'est sûr, même concernant la vie à l'intérieur du service qui frise parfois "Vol au dessus d'un nid de coucou" avec Jack Nicholson (rire)

De toute manière Pierre... le milieu carcéral, comme le milieu psychiatrique sont des services tellement clos... que toutes les dérives sont possibles, tant du côté des médecins, des gardiens et surveillants, que du côté des malades et des détenus.
Dans ce cas, il est possible de dénoncer la bêtise, la méchanceté, les menaces, la lâcheté... sans qu'il y ait "blasphème"...
Personnellement, c'est la partie que j'ai préféré de "Camille" car tu jettes un regard lucide et froid sur ce monde de laideur et de cruauté et tu le fais avec une remarquable précocité et un talent de plume certain.
J'aime... tout simplement...
Avatar de l’utilisateur
Ishtar
 
Messages: 3767
Inscription: Sam Nov 24, 2007 9:48 am
Localisation: Bruxelles

Messagepar Christian Domec » Dim Aoû 17, 2008 1:03 pm

Bonjour,
Romane a écrit:
j'imagine assez mal qu'ils puissent...

Juste sur ce point, mis à part la liberté que s'offre l'auteur, je puis t'assurer* qu'il n'y a pas un passage de Camille qui n'aurait pu se passer dans un de nos hôpitaux psychiatriques ces trente dernières années. Le repas/fête où l'on retrouve vraisemblablement des inspirations de Ken Kesey est lui aussi crédible et le pavillon contenant des traces d'anciennes expérimentations a existé. Je ne sais comment ni où Bernard s'est documenté, mais ce qui m'a frappé c'est une bonne connaissance de certaines réalités de cet univers - univers qui comme tout autre est si varié que nul n'en a fait ou n'en fera le tour - un angle de vue, déjà vu.

Christian.

* je garde mes sources pour moi ;-)
Avatar de l’utilisateur
Christian Domec
 
Messages: 615
Inscription: Mar Déc 25, 2007 2:20 pm

Messagepar Romane » Dim Aoû 17, 2008 1:54 pm

Je reviens après une bonne nuit, je n'en pouvais plus (heure tardive), après avoir noté quelques pense-bête à chaud pour ne pas les oublier.

Le passage invraisemblance concernait juste le toit, Christian.

Je continue.

Parmi les détails qui font tilt (et c'est un vrai bonheur parce qu'on entre de plein fouet dans ce monde clos qui nous dépasse), tout ce qui traverse l'esprit de Pierrot et qui montre bien les conséquences d'un enfermement prolongé. Je songe au plafond, je songe aux bruits plus ou moins étouffés du repas collectif qui parviennent jusqu'à sa chambre, je pense à l'écriture sur papier qui se finira invariablement par ces petits bouts impossibles à recoller et le raisonnement qu'il y accole. Ces passages de désespérance qui viennent trouer la résignation, le monde secret qu'il garde au fond de lui. Il m'a fait penser à cet homme enfermé depuis plus de 20 ans, que malgré moi j'observais en me demandant comment il pouvait ne pas devenir plus dépressif au fil du temps, que je voyais si ensuqué que j'en avais mal, et qui était à la merci de sa famille qui s'arrangeait pour allonger la torture en ne lui portant qu'un nombre insuffisant de paquets de tabacs pour pouvoir combler l'attente de la prochaine visite...

L'un des buts de la lecture étant de provoquer des fouilles en soi, des réactions, je me suis endormie cette nuit dans cet univers carcéral particulier, où rien n'est jamais comme ailleurs.

Difficile, Bec', de faire le tri entre les invraisemblances ou pas de la vie interne de l'établissement (itou pour "Vol au dessus d'un nid de coucou"), mais il y a sans aucun doute de bonnes tranches de vérité. J'ai adoré le passage où l'on tente de lui faire dire pourquoi il ne montre pas ce qu'il écrit. Le danger de l'incursion étrangère qui viendrait achever de pomper la substance humaine du personnage et sa réaction de l'instinct de survie m'a énormément plu.

Je disais cette nuit que j'ai eu du mal à entrer dans l'histoire de Camille parce qu'elle venait de manière compacte plutôt qu'autrement, mais dans cette histoire, ce que je trouve génial c'est le glissement vers le pire, à partir d'une foutaise. Le genre de truc anodin qui va faire basculer une vie de manière irréversible.

Il y a donc dans la partie que j'ai lue, un tas de petites touches qui s'en viennent comme ça, captivantes et troublantes, de nature à faire cogiter. Et j'aime, évidemment, tu t'en doutes, quand ça fait bouger dans le cerveau. :wink:

A suivre !
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar becdanlo » Lun Aoû 18, 2008 3:16 pm

@ Christian: "La documentation" concernant des scènes dans l'hôpital psychiatrique proviennent de deux émissions: l'une télé sur Arte pour les essais par les nazis sur des cobayes humains (résistance et sauvage des pilotes tombés en mer) et l'autre à la radio concernant le témoignage d'une jeune handicapée mentale que sa famille avait convaincu de se faire stériliser.

Les autres scènes ont été vécues en visitant des malades ou imaginaires (la fête à l'hôpital). Par contre, je me souviens bien d'avoir accompagné une jeune femme anorexique et suicidaire dans un établissement de l'Ain et de constater que la fenêtre de sa chambre s'ouvrait librement sur un parking asphalté deux étages plus bas.

@ Romane: merci pour ce compte rendu de lecture en direct... c'est vraiment amusant de suivre ta progression... je redoute un peu la deuxième partie... qui est d’avantage dans l’imaginaire.

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Romane » Lun Aoû 18, 2008 5:27 pm

Tu n'as pas à t'en faire, je crois. D'une part parce que tu te débrouilles fort bien avec les mots, d'autre part parce que d'une part ( :lol: oui, je sais, ça tient du labyrinthe) chaque lecteur appréhende via sa propre sensibilité, et ses affinités d'écriture, de style, de genre, mais aussi d'autre part parce qu'il n'existe aucun critère, en dehors de l'utilisation de la langue et quelques règles de base, permettant de décréter qu'une oeuvre est à 100% bonne ou mauvaise, puisqu'on revient à d'une part-d'une part.

Eh oui, je sais. Les vacances, ça tord les neurones. :lol: :lol: :lol:
Romane
 
Messages: 837
Inscription: Mer Nov 28, 2007 8:09 pm

Messagepar nicamic » Jeu Mar 12, 2009 7:53 pm

Je viens de lire « Camille ». C’est un livre plein de sensibilité, à la fois tendre et sombre, avec des personnages attachants, émouvants, mystérieux parfois, jamais manichéens. Leur quête est troublante pour le lecteur et l’incite à s’interroger lui-même.
On trouve aussi à certaines pages une réflexion intéressante sur ce qui peut conduire à écrire et à conserver, ou non, à partager, ou non, ce que l’on a écrit. Bref voilà un roman qui ne laisse pas indifférent. Mais vous avez déjà été nombreux à le dire !
"Ne te courbe que pour aimer."
Avatar de l’utilisateur
nicamic
 
Messages: 306
Inscription: Jeu Mar 12, 2009 6:02 pm
Localisation: Perpignan

Messagepar becdanlo » Ven Mar 13, 2009 2:18 pm

Merci nicamic,

C'est toujours troublant de savoir que des personnes ont passé quelques heures à nous lire... encore plus quand ils laissent une trace de leur lecture, comme tu viens de le faire.

Je vais finir par croire qu'elle a réellement exister cette Camille...

:lol:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar nicamic » Sam Mar 14, 2009 1:45 pm

becdanlo a écrit:
Merci nicamic,

C'est toujours troublant de savoir que des personnes ont passé quelques heures à nous lire... encore plus quand ils laissent une trace de leur lecture, comme tu viens de le faire.

Je vais finir par croire qu'elle a réellement exister cette Camille...

:lol:


Bien sûr qu'elle existe, cette Camille ! Simplement, depuis que tu as mis le point final à son histoire, elle t'a échappé et vit dans la tête de tous ceux qui font sa connaissance ! :wink:
"Ne te courbe que pour aimer."
Avatar de l’utilisateur
nicamic
 
Messages: 306
Inscription: Jeu Mar 12, 2009 6:02 pm
Localisation: Perpignan

Messagepar Richard » Mar Déc 15, 2009 10:35 am

Je sors de votre roman complètement envoûté par cette Camille si fascinante. Comme ce pauvre Pierrot, je me suis laissé entraîner, sans comprendre, dans son monde dont je ne sais pas s’il relève de la sorcellerie, de la magie, de la folie, ou de l’expérience mystique. Tout commence par une gaminerie, un enfantillage. Je dois dire qu’il m’a fallu du temps pour entrer dans l’histoire. Quelques passages, au début m’ont paru un peu longs. Mais l’écriture est suffisamment coulante et agréable, et les personnages assez attachants pour qu’on se laisse aller à continuer. Puis, au fur et à mesure que j’avançais, je ne comprenais pas bien ce qu’il se passait, je me suis senti peu à peu devenir le jouet de cette fille que finalement j’aurais suivie les yeux fermés jusqu’en enfer. La deuxième partie est prenante à souhait, je l’ai lue d’une seule traite. Je me suis très facilement laissé embarqué dans cet ambiance mystique, à travers des rêves qui n’en sont pas, à voir le ciel dans le fond des puits, à chercher à voir l’univers.

Il reste une ou deux coquilles que j’ai notées, je ne sais pas s’il est temps de les donner maintenant vu que le livre, je constate, est paru il y a pas mal de. temps
Richard
 
Messages: 31
Inscription: Ven Déc 11, 2009 1:05 pm
Localisation: Côte d'Or

Messagepar becdanlo » Mar Déc 15, 2009 11:28 am

Merci de ce commentaire sur Camille !

C'est drôle comme les avis sont partagés sur la deuxième partie: certains décrochent parce que c'est trop "délirant" ou bien c'est le coté "religieux" qui les agace... d'autres se laissent embarquer...

Citation:
Puis, au fur et à mesure que j’avançais, je ne comprenais pas bien ce qu’il se passait,


J'adore ce genre de commentaire, car c'est justement ce que j'ai envie de créer comme sentiment chez le lecteur :D C'est dans ce "malaise" qu'il est possible d'entre voir autre chose. Notre monde mental et social sont devenus si lisses, si rationnels... si on se laisse aller à la "dérive" on retrouve quelque chose du monde "enfantin" et primordial...

Il n'est jamais trop tard pour faire part des "coquilles" car les livres brumerge sont imprimés à la demande... un petit message en cliquant sur pm juste en dessous du présent message :)
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6902
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

PrécédenteSuivante

Retourner vers Romans

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron