Les manuscrits envoyés par la poste

Ne soyez pas timides ! Tout ce que vous aimeriez discuter...

Les manuscrits envoyés par la poste

Messagepar becdanlo » Sam Juin 21, 2008 9:14 am

lu sur le blog de Wrath:

Je suis éditeur moi-même (je tiens évidemment à rester anonyme) et j'admets qu'à de très rares exceptions près, les premiers romans que nous publions le sont, disons, "préférablement" à d'autres. Un éditeur ne peut publier qu'un certain nombre d'ouvrages chaque année, plus ou moins défini d'avance. Une fois que vous avez sorti les derniers ouvrages des écrivains maison, les éventuels seconds romans de primo-romanciers prometteurs, et enfin les premiers romans de personnes qu'il serait, je l'ai dit, "préférable" de publier (pour moultes raisons politico-stratégiques), il ne reste pour ainsi dire plus de place pour qui que ce soit d'autre, même avec la meilleure volonté du monde. C'est bêtement arithmétique en fait. Et de toute façon on n'a plus vraiment le temps de se pencher (comme on pouvait le faire jadis) sur ces manuscrits dont l'accumulation donne déjà la nausée. (Malgré tout ils sont parcourus. Mais en général la productivité nous oblige à les lire "industriellement", c'est à dire pas très attentivement.) Bien sûr il y a l' "accident", le miracle, l'ovni (comme l'a été l'imparable Truisme de M.Darrieusecq en son temps, arrivé par la Poste), ficellé de telle façon qu'il ne peut passer inaperçu (roman habile, idée best-seller, pas trop long, simple à lire et passe-partout). Il ne faut pas se leurrer : sale temps pour ce que vous appelez les "wannabe"... Ça a toujours été un peu comme ça, mais là, je le concède, ça se resserre, c'est plus dur, voire impossible. Accrochez-vous quand même on sait jamais ! Sachez par ailleurs que si cette "ouverture aux manuscrits non sollicités" est maintenue dans la plupart des maisons, c'est pour ne pas faire mourir totalement l'espoir ; c'est parce qu'aussi une part non négligeable de nos lecteurs sont susceptible de nous envoyer leur travaux. Mais l'idée de l'éditeur "à la recherche perpétuelle de la pépite", c'est un mythe. Ça a existé au siècle dernier peut-être, mais là, avec plus de cent manuscrits reçus chaque semaine, ce ne peut être qu'une idée révolue. Hélas les jours n'ont, en ce qui me concerne, que 24 heures

Rédigé par: Un éditeur qui passe | le 20 juin 2008 à 09:57


http://wrath.typepad.com/wrath/2008/06/ ... l#comments

:wink:
Dernière édition par becdanlo le Sam Juin 21, 2008 4:38 pm, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar becdanlo » Sam Juin 21, 2008 11:05 am

et puis aussi dans le même fil ce commentaires:

Il serait temps sur ce site de ce poser les bonnes questions : celles qui font vraiment mal. Naturellement que les éditeurs publient des ouvrages qu'ils reçoivent par la poste. C'est un service qui leur coutent assez cher en lettres de refus, qu'ils lisent, survolent ou pas les manuscrits. Le vrai problème avec les éditeurs c'est les idées qu'ils défendent avec leurs "écrivains maisons", qui font souvent partie du comité de lecture ; dont ces directeurs littéraires qui écrivent des livres et qui ne publient que ce qui leur ressemble. Hélas ce qui leur ressemble, c'est cela même qui permet au premier venu de croire qu'il peut aussi devenir écrivain. ( la démarche est la même dans les arts plastiques) En cela ils sont bien les fossoyeurs de la littérature française nos grands éditeurs et consorts. Il suffit de lire les ouvrages des académiciens pour mesurer à quel point le langage, le style, a perdu de sa superbe, (la plupart des chefs d'œuvre de la littérature française sont des chants) en plus du fait qu'ils n'ont pas grand chose à dire pour remuer les idées de leur temps. En conclusion chère Wrath ne soyez pas si dure envers ces éditeurs plutôt complaisants, prosélytes, car s'ils faisaient vraiment leur travail, peut-être n'auriez-vous jamais songé à écrire, ou alors auriez vous patienter des années avant d'oser leur envoyer un manuscrit digne de ce nom et sans rougir :o)

Rédigé par: lecteur dévoué ^^ | le 20 juin 2008 à 06:35
Dernière édition par becdanlo le Sam Juin 21, 2008 4:38 pm, édité 5 fois.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar Marco » Sam Juin 21, 2008 3:02 pm

Réflexions très intéressantes... mais j'ai un sérieux doute sur l'authenticité de l'"éditeur" qui tient à rester "anonyme" dans le premier commentaire... N'importe qui peut se dire "éditeur anonyme" pour donner plus de poids à ses affirmations sur un blog polémique, non? Or, l'analyse de la situation semblant largement donner raison à un certain nombre d'analyses wrathiennes, le fait qu'il s'agisse ou non d'un véritable grand éditeur (voir les chiffres, même vagues, qu'il indique) n'est pas indifférent. Pour ma part, j'ai vraiment un (gros) sérieux doute (persistant) :)
Marco
 
Messages: 35
Inscription: Mar Déc 04, 2007 5:23 pm

Messagepar becdanlo » Sam Juin 21, 2008 4:35 pm

Marco a écrit:
Réflexions très intéressantes... mais j'ai un sérieux doute sur l'authenticité de l'"éditeur" qui tient à rester "anonyme" dans le premier commentaire... N'importe qui peut se dire "éditeur anonyme" pour donner plus de poids à ses affirmations sur un blog polémique, non? Or, l'analyse de la situation semblant largement donner raison à un certain nombre d'analyses wrathiennes, le fait qu'il s'agisse ou non d'un véritable grand éditeur (voir les chiffres, même vagues, qu'il indique) n'est pas indifférent. Pour ma part, j'ai vraiment un (gros) sérieux doute (persistant) :)


Oui, tu as raison: Wrath elle-même exprime un doute à ce sujet un peu plus bas:

Citation:
@un éditeur qui passe: si vraiment vous êtes éditeur, pourquoi ne pas mettre votre vrai nom?

(Je me méfie toujours de ce genre de commentaires anonymes)

@Marc Galan: j'ai laissé un message sur le site du Figaro. En attente de modération, pour l'instant...

Rédigé par: wrath | le 21 juin 2008 à 01:53


:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar voyelle » Sam Juin 21, 2008 6:18 pm

C'est toujours étonnant de constater comme la lecture et la perception sont différentes : Après avoir lu l'info recueillie par Bec, mon premier(s) sentiment(s) fût je l'avoue, d'être démoralisée, démontée, démotivée, désappointée, dégoûtée ....

Heureusement vos regard semblent relativiser vivement ce témoignage. Cependant, je puis comprendre que l'auteur reste anonyme afin de ne pas mettre en difficultés sa maison d'édition qui devrait éventuellement se justifier, ou peut-être, aussi s'agit-il d'un collaborateur qui lui fragiliserait ainsi son poste en donnant son identité ?

Sinon, à quoi servirait de rester anonyme ???
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar becdanlo » Sam Juin 21, 2008 6:29 pm

voyelle a écrit:
C'est toujours étonnant de constater comme la lecture et la perception sont différentes : Après avoir lu l'info recueillie par Bec, mon premier(s) sentiment(s) fût je l'avoue, d'être démoralisée, démontée, démotivée, désappointée, dégoûtée ....

Heureusement vos regard semblent relativiser vivement ce témoignage. Cependant, je puis comprendre que l'auteur reste anonyme afin de ne pas mettre en difficultés sa maison d'édition qui devrait éventuellement se justifier, ou peut-être, aussi s'agit-il d'un collaborateur qui lui fragiliserait ainsi son poste en donnant son identité ?

Sinon, à quoi servirait de rester anonyme ???


Oui, mais je crois que la vérité se trouve peut être dans cette autre contribtion:

Mais là, ou le bas semble blesser, c'est que certaines maisons lisent et éditent des ouvrages envoyés par la poste et d'autres pas. Comment le simple wannabe peut-il savoir quelle maison n'a qu'une seule stagiaire de 20 ans, non payé pour lire 100 manuscrits par semaine, quelle maison a une stagiaire sous payée, qui doit lire 100 manuscrits par semaine, et en plus accomplir d'autres tâches, quelle maison a un comité de lecture? Ce n'est pas si facile que cela, de savoir qui fait quoi, qui édite comment.

Rédigé par: Milout | le 21 juin 2008 à 01:05

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar becdanlo » Dim Juin 22, 2008 11:03 am

becdanlo cite un commentaire de Milout lu dans le blog de Wrath:

Citation:
Mais là, ou le bas semble blesser, c'est que certaines maisons lisent et éditent des ouvrages envoyés par la poste et d'autres pas. Comment le simple wannabe peut-il savoir quelle maison n'a qu'une seule stagiaire de 20 ans, non payé pour lire 100 manuscrits par semaine, quelle maison a une stagiaire sous payée, qui doit lire 100 manuscrits par semaine, et en plus accomplir d'autres tâches, quelle maison a un comité de lecture? Ce n'est pas si facile que cela, de savoir qui fait quoi, qui édite comment.



Georges Flipo a fait une petite étude à partir de la slection du Festival du premier roman de Chambéry:

Si toutes les maisons d’édition étaient aussi accueillantes aux premiers romans, si elles faisaient toutes le même effort de mise en avant de leurs poulains, leurs « parts de marché » dans cette liste de 100 devraient être similaire à leur poids sur le marché de l’édition.

Il n’en est rien. Sur les « 100 premiers romans » retenus, voici le hit-parade.

8 sur 100 pour Stock

7 sur 100 pour Le Seuil

6 sur 100 pour Flammarion

4 sur 100 pour : Denoël, Albin Michel

3 sur 100 pour : Le Cherche-Midi, Panama, Philippe Rey, Gallimard, Transbordeurs, Triptyques, Robert Laffont.

2 sur 100 pour : Héloïse d’Ormesson, Le Castor Astral, Liana Levi, P.O.L., Ramsay.

1 sur 100 pour : Allia, arHsens, Arléa, Au Diable Vauvert, Belfond, Bernard Campiche, Boréal, De Borée, Anne Carrière, Delphine Montalant, Fallois, Gaïa, Grasset, Hachette, Hachette Littératures, HMHurtebise America, L’Altiplano, L’Amourier, L’écailler, L’instant même, L’Olivier, Lattès, Le Rocher, Le Rouergue, Le temps qu’il fait, Leo Scheer, Les 400 coups, Maren Sell, Mercure de France, Métaillié, Mutine, Phébus, Plon, Quidam éditeur, Table ronde, Thot, Verticales.

Le total fait bien 100.


A quel éditeur envoyé son manuscrit:
http://georges-flipo-auteur.over-blog.c ... 44261.html

Comment se faire éditer et autres questions menant à la ruine de l’âme :
http://georges-flipo-auteur.over-blog.c ... 22323.html

:wink:
Dernière édition par becdanlo le Dim Juin 22, 2008 6:40 pm, édité 1 fois.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar voyelle » Dim Juin 22, 2008 2:36 pm

Merci pour ces infos, je constate néanmoins que la démarche est à l'opposée de ce que proposait Audace. C'est à dire de commencer à envoyer les tapuscrits aux grandes maisons d'éditions, etc....
Pour ma part, j'essaie de cibler le plus possible.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar becdanlo » Dim Juin 22, 2008 3:31 pm

voyelle a écrit:
Merci pour ces infos, je constate néanmoins que la démarche est à l'opposée de ce que proposait Audace. C'est à dire de commencer à envoyer les tapuscrits aux grandes maisons d'éditions, etc....
Pour ma part, j'essaie de cibler le plus possible.


Pour les grandes maisons... il faut se débrouiller pour avoir un nom d'éditeur. Chez Gallimard, il y a plusieurs éditeurs.
S'il y a un nom sur l'enveloppe, ça ira chez cette personne... et non pas sur une pile dans un sous-sol où un stagiaire ferra le « ménage » de temps en temps.

Comment avoir le nom d'une personne dans une grande maison d'édition ?
Il y a des noms qui trainent sur le web... mais il y a une autre façon de faire: le démarchage a l'américaine.

C'est quoi le démarchage a l'américaine ?

Un dossier qui comprend:

- une lettre de présentation
- le synopsis du roman
- le premier chapitre
- des extraits de commentaires si le roman a été soumis à des e-lecteurs ( ne pas oublier de laisser les commentaires négatifs, sinon ça fait truqué)

J'ai eu plusieurs réponses pour me demander la suite (Anne Carrière elle-même, une lectrice de chez Phébus…)

L’avantage de cette façon de faire, c’est que ça fait des économies de photocopies (et d'affranchisements) et si ça accroche on a le nom d’un correspondant.
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar voyelle » Dim Juin 22, 2008 3:51 pm

OK, c'est vrai que je n'ai jamais encore pratiqué ainsi.
Cependant un extrait ne donne pas la fin, et dans le lien que tu proposais l'auteur ( Georges Flipo) disait que le comité de lecture lirait souvent le début, puis la fin. Alors (?)

Pour ma part, j'ai envoyé avec mon premier tapuscrit des extraits, genre les bandes annonces des films, cela n'a rien donné.
De toutes les façons, pour l'instant je continue d'écrire, éditée ou pas.
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar becdanlo » Dim Juin 22, 2008 3:54 pm

voyelle a écrit:
OK, c'est vrai que je n'ai jamais encore pratiqué ainsi.
Cependant un extrait ne donne pas la fin, et dans le lien que tu proposais l'auteur ( Georges Flipo) disait que le comité de lecture lirait souvent le début, puis la fin. Alors (?)

Pour ma part, j'ai envoyé avec mon premier tapuscrit des extraits, genre les bandes annonces des films, cela n'a rien donné.
De toutes les façons, pour l'instant je continue d'écrire, éditée ou pas.


Tu peux aussi donner la fin... mais le but du "démarchage à l'américaine" est d'accrocher un interlocuteur... à mon avis il est inutile d'envoyer un manuscrit complet chez Gallimard avec juste l'adresse de la maison...

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar voyelle » Dim Juin 22, 2008 4:24 pm

Je vais essayer pourquoi pas ? d'autant que la fin de mon deuxiième tapuscrit est un peu raide....
Il faut vraiment que j'y réfléchise sérieusement, car j'avais fait en sorte que la fin ne soit pas prévisible (bien évidement) merci en tout cas. Là, je planche sur un polard. J'ai trois projets en cours. Je me nourrie de personnages que je rencontre car, quelquefois je rencontre de véritables personnages. (La question se pose, à partir de quel moment une personne devient-elle un personnage ?)

A ce propos, qui connait cette anecdote ? Je la trouve fort intéressante. Il s'agit de Zola. Emile Zola, quand il souhaitait écrire un roman, faisait une véritable enquête de terrain, mais tu dois le savoir, effectuant de fait, un travail journalistique. Pour écrire "Lourdes" il décide donc de partir en train avec les pélerains.
Durant ce voyage il se trouve assis face à deux voyageuses qui, chacune, présente une maladie, l'une ayant il me semble un problème pulmonaire, l'autre ayant un problème au visage. Celui-ci est déformé. Zola décide d'en faire des personnages de son roman. Il appellera l'une des voyageuses :" la femme a la tête de chien" Le voyage se déroule, la relation se construit entre chacun. Arrivé à Lourdes, il se rendra dans un dispensaire quelques jours après (ou le lendemain) il apprend alors que ces femmes sont miraculées. Mais Zola avait déjà décidé que ces personnages allaient mourir. Elles meurent donc, dans son roman. Cependant, ces dames rentrent en France, la presse parle beaucoup de leur guérison. On questionne Zola sur le choix de les avoir fait mourir. Il répondra que ses personnages lui appartiennent. Mais, elles dérangent les deux dames bien vivantes, elles dérangent Zola. ll proposerait alors à l'une d'elle de partir pour la Suisse.
Bref... Zola meurt (comme chacun le sait asphyxié) et ses "personnages" viendront à son enterrement...
voyelle
 
Messages: 668
Inscription: Mer Déc 12, 2007 6:36 pm
Localisation: Là, dans le sud

Messagepar azul47 » Dim Juin 22, 2008 6:28 pm

Citation:
C'est quoi le démarchage a l'américaine ?

Un dossier qui comprend:

- une lettre de présentation
- le synopsis du roman
- le premier chapitre
- des extraits de commentaires si le roman a été soumis à des e-lecteurs ( ne pas oublier de laisser les commentaires négatifs, sinon ça fait truqué)

J'ai eu plusieurs réponses pour me demander la suite (Anne Carrière elle-même, une lectrice de chez Phébus…)

Tiens c'est intéressant ça ! Je connaissais le démarchage à l'Américaine, mais je n'aurais pas pensé aux extraits de commentaires.

Citation:
J'ai eu plusieurs réponses pour me demander la suite (Anne Carrière elle-même, une lectrice de chez Phébus…)

Et alors, quelle a été la suite ?
Il est difficile d'attraper un chat noir dans une pièce sombre, surtout lorsqu'il n'y est pas.
Avatar de l’utilisateur
azul47
 
Messages: 400
Inscription: Ven Mar 07, 2008 9:09 pm
Localisation: lot et garonne

Messagepar becdanlo » Dim Juin 22, 2008 6:38 pm

azul a écrit:

Citation:
Et alors, quelle a été la suite ?


Très décevant... Anne Carrière m'avait envoyé un carton manuscrit pour me réclamer la suite (je le garde comme une relique - rire) et quelques semaines après j'ai eu mon manuscrit en retour... affranchi à ses frais :cry:

Chez Phébus, une lectrice m'avait envoyé une lettre furibarde comme quoi on ne jugeait pas un manuscrit sur un extrait et qu'elle n'avait besoin de personne pour se faire une opinion... moyennant quoi, j'avais un nom au bas de sa lettre. :lol: J'ai donc envoyé mon manuscrit et peu de temps après, j'ai eu un petit commentaire comme quoi il ne l'avait pas accrochée...

Ceci dit, dans les deux cas, je suis sûr que mon manuscrit a été ouvert... je ne dis pas lu entièrement...

:wink:
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Messagepar becdanlo » Dim Juin 22, 2008 6:43 pm

Voyelle a écrit:

Citation:
A ce propos, qui connait cette anecdote ? Je la trouve fort intéressante. Il s'agit de Zola. Emile Zola, quand il souhaitait écrire un roman, faisait une véritable enquête de terrain, mais tu dois le savoir, effectuant de fait, un travail journalistique. Pour écrire "Lourdes" il décide donc de partir en train avec les pélerains.
Durant ce voyage il se trouve assis face à deux voyageuses qui, chacune, présente une maladie, l'une ayant il me semble un problème pulmonaire, l'autre ayant un problème au visage. Celui-ci est déformé. Zola décide d'en faire des personnages de son roman. Il appellera l'une des voyageuses :" la femme a la tête de chien" Le voyage se déroule, la relation se construit entre chacun. Arrivé à Lourdes, il se rendra dans un dispensaire quelques jours après (ou le lendemain) il apprend alors que ces femmes sont miraculées. Mais Zola avait déjà décidé que ces personnages allaient mourir. Elles meurent donc, dans son roman. Cependant, ces dames rentrent en France, la presse parle beaucoup de leur guérison. On questionne Zola sur le choix de les avoir fait mourir. Il répondra que ses personnages lui appartiennent. Mais, elles dérangent les deux dames bien vivantes, elles dérangent Zola. ll proposerait alors à l'une d'elle de partir pour la Suisse.
Bref... Zola meurt (comme chacun le sait asphyxié) et ses "personnages" viendront à son enterrement...


Je ne connaissais pas cette anecdote... c'est vraiment amusant!
Moi, j'ai utilisé mon frère pour un personnage de Camille (le Tonton)... mais je ne l'ai pas tué :lol:


bec'
Avatar de l’utilisateur
becdanlo
 
Messages: 6881
Inscription: Ven Nov 23, 2007 2:20 am
Localisation: Grenoble

Suivante

Retourner vers Forum ouvert

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 0 invités

cron